Le recrutement dans la fonction publique territoriale

La fonction publique territoriale représente plus du tiers de l’ensemble des fonctionnaires et offre une diversité de métiers. C’est pourquoi, pour attirer en
permanence de nouvelles compétences, pour assurer une diversité des profils, une modernisation de ses voies d’accès doit être engagée.

C’est à ce titre que, dans le cadre des pistes de réformes engagées par le Gouvernement, l’Association des DRH des grandes collectivités a souhaité mener une étude approfondie sur le recrutement. Réalisée par des élèves administrateurs dans le cadre de leur scolarité à l’Institut National des Études Territoriales (INET), elle a pour but d’identifier les principales problématiques auxquelles sont confrontées les collectivités locales en la matière et de formuler des propositions pour y répondre. Ces pistes de solutions, issues d’un riche travail de terrain, complètent les propositions portées par l’Association des DRH des grandes collectivités.

Cette plaquette les synthétise et rappelle que la modernisation des voies d’accès à la fonction publique et du recrutement dans les collectivités doit répondre aux vrais besoins et dépasser les postures idéologiques.

Le concours validerait des compétences théoriques, peu en rapport avec les exigences pratiques du management public dans l’optique des réformes actuelles. L’attachement au concours serait le témoignage d’un management public devenu obsolète à l’ère du “New Public Management ”. C’est pourtant oublier que la neutralité du concours est une garantie de procédure dénuée de favoritisme et une question d’impartialité des décisions dans le recrutement. C ’est un principe fondamental qui doit être préservé.

Bien que le concours corresponde à un système de fonction publique
dit « de carrière », alors que les recrutements individualisés sont rattachés à un système dit « d’emploi », ces deux systèmes ne sont pas irrémédiablement opposés. La fonction publique territoriale en est la preuve, où chaque lauréat d’un concours se doit de trouver son employeur local au travers d’entretiens de recrutement.

Le concours doit rester le principe et doit rester la voie principale pour accéder à la fonction publique. Cependant, pour garantir l’objectif d’équité dans le recrutement des fonctionnaires, c’est-à dire éviter des discriminations de toutes sortes, et s’assurer que les fonctionnaires soient représentatifs de la société dans son ensemble, l’organisation des concours peut être modernisée. Cela passe notamment par une plus grande publicité, par une simplification des épreuves et une révision des critères de sélection, trop académiques.

Moderniser le recrutement dans la fonction publique, c’est aussi reconnaître la place du contrat dans les voies d’accès pour que celui-ci, tout en étant un mode complémentaire au concours, permette d’attirer de nouveaux profils. Cela nécessite d’encadrer cette procédure de recrutement, pour que tout en étant dérogatoire, elle puisse être légitimée. Les motifs à contrats doivent correspondre à de vrais besoins, leurs durées adaptées aux nécessités, et les problématiques de conflits d’intérêt, de formation, de rémunération solutionnées par un cadre plus précis.

Forte de son expérience, l’Association des DRH des grandes collectivités, au travers de ses propositions concrètes, contribue à moderniser la fonction publique pour que celle-ci soit représentative de la société française, puisse attirer les compétences nécessaires au fonctionnement des services publics et garantisse efficacement la satisfaction des besoins de tous les usagers.

Johan Theuret
Président de l’Association des DRH des grandes collectivités territoriales

P.-S.